Lire la suite – Newsletter novembre 2018

Interview d’un auteur-illustrateur : Timothée Le Véel

Auteur-illustrateur autodidacte, passionné de cinéma d’animation, Timothée Le Véel publie son premier album, Le Renard blanc, chez Kaléidoscope. Une belle histoire qui lui a été inspirée par un séjour en Finlande et un drôle de chien ressemblant à un renard.

Comment avez-vous croisé la route des éditions Kaléidoscope ?

Timothée Le Véel : J’avais un projet assez abouti tant au niveau du texte que des illustrations. Je l’ai envoyé à quelques maisons d’édition jeunesse dont j’apprécie la ligne éditoriale. Comme j’aime beaucoup les albums de Stéphane Henrich, j’avais retenu Kaléidoscope. J’ai reçu un mail très enthousiaste de la part d’Isabel Finkenstaedt. Quand on débute, un tel accueil fait énormément plaisir.

Comment avez-vous travaillé ?

T.L.V. : Comme c’est mon premier album, j’ai tout à apprendre des codes de la littérature jeunesse. Nous avons retravaillé la narration. Isabel m’a donné beaucoup de conseils très utiles qui m’ont aidé à progresser. J’aime ce travail d’échange. C’est très enrichissant. Je travaille d’ailleurs sur un prochain album.

D’où vous est venue cette idée du Renard blanc ?

T.L.V. : En 2016, j’ai fait un break. La vie d’indépendant permet ce type de césure. Je suis allé passer six mois en Finlande, à Helsinki. Je promenais la chienne d’une amie qui me faisait beaucoup penser à un renard. Il fallait la voir plonger dans la neige, la tête la première, comme le font ces animaux. J’ai commencé à esquisser quelques crayonnés. Les idées sont venues au fur et à mesure que je dessinais.

Qu’aimez-vous dans la littérature jeunesse ? Quels sont les auteurs qui vous ont inspiré ?

T.L.V. : Mon modèle, c’est Gabrielle Vincent, la créatrice d’Ernest et Célestine. J’aime la vie qui se dégage de ses dessins. Elle sait très bien retranscrire les émotions. Je vois des parallèles avec le cinéma d’animation qui me passionne depuis longtemps. Je peux regarder un dessin animé par semaine.

Quel cinéma d’animation ?

T.L.V. : L’animation japonaise bien sûr : Miyazaki, Takahata, mais j’aime aussi Pixar ou Disney. Je peux revoir sans me lasser Les 101 Dalmatiens des dizaines de fois ! Le stop motion m’intéresse aussi. Le travail de Joanna Quinn, animatrice et réalisatrice de films d’animation britannique, qui utilise principalement la technique du crayon de couleur, me fascine complètement.

Vous avez un autre projet d’album. Qu’avez-vous envie de dessiner ?

T.L.V. : Quand je me mets à travailler, je pense à l’enfant que j’étais. Je dessine ce que je trouve beau dans le monde qui nous entoure. Je n’ai pas envie de m’adresser aux enfants comme un éducateur. Je n’ai pas d’ambition didactique. Je parle de ce qui me touche, m’émeut ou m’amuse. J’ai l’impression que la littérature jeunesse offre une liberté très épanouissante.

Propos recueillis par Claudine Colozzi

Novembre 2018

Coulisses d’un album : Tilly et ses amis

Coulisses d’un album : Tilly et ses amis

Sagement assise, une petite fille lit. Jolie image pour débuter un album jeunesse. Comme si Tilly, l’héroïne, découvrait ses propres aventures en même temps que les lecteurs ! La fillette vit avec ses cinq amis : Tipeton, le lapin, Pachydou, l’éléphant, Hector, le cochon, Coquette, la poule, et Croco, le crocodile. Tous les six partagent une vie faite de joies, de fous rires et de petits chagrins. Tous ont une manière bien distincte de réagir. Mais tous sont soudés par une belle amitié. Heureusement, car il n’est pas facile tous les jours de vivre sous le même toit, d’être toujours d’accord, d’accepter de prêter ses jouets et de ne pas se disputer. Malgré son jeune âge, Tilly joue les arbitres et, même si elle n’est pas la dernière à rire, se montre souvent la plus sage de cette drôle de petite bande. Elle est également celle qui console et rassure.

Dix ans après avoir publié les albums de la série Tilly de Polly Dunbar, Kaléidoscope les réunit dans une charmante compilation Tilly et ses amis. Depuis toutes ces années, les personnages ont fait du chemin et sont même devenus les héros d’une série d’animation diffusée sur la CBeebies en Angleterre (chaîne de la BBC destinée à un jeune public) et aussi sur France 5. Le monde joyeux et doux de la fillette et de ses amis a tout pour séduire les petits lecteurs. Les histoires que vit Tilly ressemblent aux leurs : ne pas vouloir aller se coucher, se faire chiper ses affaires par les copains de crèche ou d’école, croire, comme Pachydou, qu’il suffit de fermer les yeux pour devenir invisible !

Auteure et illustratrice britannique, Polly Dunbar a publié de nombreux albums pour la jeunesse, dont certains, comme C’est louche !, paru en mars, sont également disponibles dans le catalogue de Kaléidoscope. Son univers est toujours très tendre avec juste ce qu’il faut d’humour pour emporter l’adhésion d’un jeune public. L’idée des Tilly lui a été inspirée par ses années d’étudiante quand elle vivait en colocation. Faire cohabiter sous le même toit des personnes très différentes produit presque toujours des situations hilarantes ou compliquées. L’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. C’est, en tout cas – Tilly et ses amis en conviendront –, une excellente manière d’expérimenter la vie en société.

Claudine Colozzi

Novembre 2018

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez notre catalogue par mail