Lire la suite – Newsletter novembre 2014

Dans les coulisses d’un album…

Kaléidoscope d’histoires

Imaginez une anthologie qui regrouperait vingt-cinq albums d’une maison d’édition dont vous appréciez les histoires et les auteurs. Le genre d’ouvrage bien difficile à refermer et qui prolongerait le moment de l’histoire du soir avec son enfant. Un libraire en a rêvé et Kaléidoscope l’a fait ! Vingt-cinq albums à déguster à la lueur de vingt-cinq bougies. Une manière originale de franchir son quart de siècle et de jeter fièrement un coup d’œil dans le rétroviseur d’une magnifique aventure éditoriale et humaine ! Bien sûr, certains personnages avaient déjà trouvé leur place avant même toute concertation : un drôle d’éléphant bariolé, remède à la morosité (Elmer), une petite fille au pull rayé rouge et blanc (Mon singe et moi), un loup pas si féroce (Le loup est revenu), une fillette à couettes avec son incontournable tétine (La Tétine de Nina), un trio d’attendrissantes petites chouettes (Bébés chouettes)…

Puis chaque personne de l’équipe s’est replongée dans le catalogue. Que de discussions et d’effervescence ! Tout le monde a défendu ses idées, ses choix, ses coups de cœur avec conviction. Avec la joie aussi de pouvoir remettre à l’honneur un titre épuisé. C’est donc avec bonheur qu’on retrouve des titres comme Un tout petit coup de main, Princesse ou Chloé et la dent de lait. Parmi les auteurs phare de Kaléidoscope, Geoffroy de Pennart se félicite de cette heureuse initiative. Lui aussi fête cette année un anniversaire : les 20 ans d’un fameux loup qui lui a ouvert les portes de l’édition jeunesse. « Quand Isabel m’a demandé si j’acceptais de figurer dans cette belle anthologie, je lui ai répondu que j’aurais été vexé si elle ne me l’avait pas proposé ! »

 

Interview à deux voix pour album à quatre mains

« L’obstination de Gérard est cocasse et attachante. »

Avec Fred Paronuzzi et Andrée Prigent, auteurs de Gérard le bousier.

 

C’est la première fois qu’un bousier se retrouve personnage principal d’un livre. D’où vient votre intérêt pour ce petit coléoptère ?

Fred Paronuzzi : J’ai fait sa connaissance à travers le film Microcosmos. J’ai été impressionné par ce petit insecte têtu qui met tant d’énergie à faire rouler une boule de bouse bien plus grosse que lui. Comme j’aime les histoires d’animaux, j’ai commencé à en écrire une autour du bousier. L’histoire d’un solitaire qui finalement s’attache à un « œuf » orphelin.

 

Comment Isabel Finkenstaedt a-t-elle découvert cette histoire ?

Andrée Prigent : J’ai rencontré Fred dans un Salon du livre en Bretagne. Nous avons sympathisé et il m’a parlé de cette histoire. Après l’avoir lue, j’ai pensé que ce texte correspondait bien à l’esprit de Kaléidoscope. Je l’ai envoyé, et très vite, Isabel a confirmé qu’elle souhaitait le publier.

 

Comment s’attaque-t-on à un personnage comme Gérard ?

A.P. : Comme toujours, le plus difficile, c’est de démarrer, de se familiariser avec son héros. Je suis partie du vrai insecte. J’ai réalisé beaucoup de croquis, et au fur et à mesure, Gérard est apparu : petit, rondouillard, avec ses grands yeux un peu naïfs. Je voulais qu’il soit très expressif et comique.

 

Fred, c’est votre premier album jeunesse. Comment avez-vous travaillé tous les trois, auteur, illustratrice et éditrice ?

F.P. : Isabel m’a fait reprendre très peu de chose. Il faut dire que c’est un texte que je porte depuis longtemps, que j’ai beaucoup peaufiné avant de le faire lire. Quant à Andrée, j’avais toute confiance dans son travail car nous avions eu un vrai coup de cœur amical. J’avais hâte de découvrir mon histoire mise en images. Andrée m’a envoyé ses dessins au fur et à mesure. J’ai été très étonné de voir l’évolution du personnage. Et aussi de toutes les trouvailles qu’elle a pu apporter.

A.P. : Fred a été très respectueux de mon travail. Il a vu naître Gérard petit à petit. C’est très émouvant pour un auteur de voir ce qu’on fait de son personnage.

 

Envisagez-vous une suite aux aventures de Gérard ?

F.P. Pour l’instant, rien n’est décidé. Il faut voir l’accueil qui lui sera réservé. De mon côté, j’aimerais beaucoup qu’il poursuive sa route. Son obstination est cocasse et attachante. Il peut lui en arriver de belles en poussant sa boule ! D’ailleurs, j’ai déjà quelques idées.

A.P. : J’aimerais aussi faire encore un peu de chemin avec lui. C’est un animal original, dont l’activité peut se prêter à d’autres mésaventures. Je pense que Gérard a le potentiel pour devenir un personnage récurrent.

 

Recevez notre catalogue papier chez vous


Recevez notre catalogue par mail