Lire la suite – Newsletter novembre 2016

Coulisses d’un auteur-illustrateur : Oliver Jeffers

Automne chargé pour Oliver Jeffers chez Kaléidoscope avec la publication de deux albums, L’enfant des livres et Mon ami Fred (en co-édition avec Gallimard jeunesse). Retour sur quelques livres de cet auteur, fidèle du catalogue depuis 2005.

Artiste né en Australie, Oliver Jeffers a grandi en Irlande du Nord, et vit désormais à New York. De la peinture figurative, du collage, en passant par les installations, cet auteur-illustrateur d’albums pour la jeunesse est un talentueux touche-à-tout. Ses tableaux ont été exposés dans plusieurs musées, dont la National Portrait Gallery de Londres et le Brooklyn Museum de New York. Ses albums pour la jeunesse ont été traduits dans plus de 30 langues. Son deuxième album, Perdu ? Retrouvé ! a été adapté au cinéma. Ce court métrage d’animation a reçu plus de 60 prix, dont un BAFTA.

Rébellion chez les crayons (2014)

Les crayons rentrent à la maison (2016)

Dans ces deux albums, le parti-pris original est de donner la parole à des crayons de couleur. Des bâtonnets de bois un peu désabusés qui ont des revendications et des états d’âme. Dans Rébellion chez les crayons, le jeune Duncan découvre un paquet de lettres. Crayon jaune, crayon bleu et les autres ont rédigé leurs doléances. Pourquoi le rouge devrait-il toujours dessiner des camions de pompiers ? Pour apaiser ces révolutionnaires, Duncan a une idée : tous les mélanger pour faire un beau dessin ! Dans Les crayons rentrent à la maison, Duncan, heureux d’avoir enterré la hache de guerre entre les crayons, découvre une mystérieuse série de cartes postales à son nom. Les crayons sont de retour !

L’enfant des livres (2016)

Un radeau en bois flotte sur une mer de mots. Assise sur la frêle embarcation, une petite fille, les pieds dans l’eau, est en train de lire. C’est parti pour un long périple, plein de rebondissements et de péripéties au milieu des livres. Tout au long de l’album, des morceaux de textes (les Mille et une nuits, le Vent dans les saules, Vendredi ou la vie sauvage, L’Odyssée… Un incroyable voyage au pays des mots.

Il était une fois l’alphabet (2015)

Prêt à vivre une aventure ébouriffante ? C’est à dire vrai ce que propose Oliver Jeffers dans cet étonnant abécédaire qui rompt avec le genre en se lançant dans un jubilatoire exercice de style. En voici la feuille de route : « Les lettres de notre alphabet sont inlassablement occupées à composer les mots qui à leur tour fabriquent les histoires. Et si on offrait à chaque lettre une histoire pour changer ? » Des histoires comme autant de minuscules contes toujours loufoques, parfois philosophiques, où l’auteur se plaît à mettre en scène des héros imparfaits voire un peu ridicules. (extrait texte newsletter sept 2015)

Coincé (2012)

Un petit garçon veut récupérer son cerf-volant coincé dans un arbre. Le cerf-volant ne se laisse pas attraper facilement mais le petit garçon se révèle très persévérant, et surtout, d’une imagination sans borne. Bien décidé à le faire descendre, il va mettre tout en œuvre, parfois jusqu’à la démesure pour récupérer le récalcitrant.

Le cœur et la bouteille (2010)

La meilleure façon de ne pas souffrir de la perte d’un être cher, c’est peut-être de mettre son cœur dans une bouteille. Mais, est-ce aussi simple ? Peut-on vraiment vivre sans cœur et se couper de la réalité du monde ? Comment cette petite fille pourra-t-elle faire machine arrière ? L’histoire d’une renaissance.

Perdu ? Retrouvé ! (2009)

C’est une belle journée d’automne qui commence dans une petite ville du bord de mer. Quand soudain quelqu’un sonne à la porte… Le jeune garçon de la maison va ouvrir et découvre, ô surprise, un pingouin derrière la porte ! Après quelques tentatives pour se débarrasser de ce drôle de visiteur, le garçon décide de le ramener chez lui… au Pôle Sud !

Comment attraper une étoile (2005)

Encore un petit garçon prêt à tout pour atteindre son but. En l’occurrence : posséder une étoile et en faire son amie. Mais comment décroche-t-on une étoile du ciel ? Rien d’impossible quand on croit en ses rêves… Les amitiés, même les plus inattendues peuvent grandir, pour autant qu’on se donne les moyens d’y croire.

Claudine Colozzi

Novembre 2016

 

Dans les coulisses d’un album… Mon ami Fred

Vous souvenez-vous du prénom de votre ami imaginaire ? Vous savez ce compagnon idéal, « invisible au yeux des adultes » que beaucoup d’enfants se choisissent quand la solitude est trop pesante ? Ce double secret avec lequel ils dialoguent et partagent des aventures rocambolesques. Fred est ce genre de camarade de jeux. « Fred flottait comme une plume dans le vent jusqu’à ce qu’un enfant solitaire ait soudain envie qu’il apparaisse. » Fred est le confident parfait qui rentre dans la vie des enfants pour leur apporter réconfort et pimenter leur quotidien. Et qui s’efface lentement avant de disparaître au fur et à mesure que l’enfant grandit et décide soudain de se faire des amis en chair et en os. Sauf que dans l’album de Eoin Colfer et Oliver Jeffers, l’ami Fred a le blues : il souffre d’être ballotté au gré des caprices enfantins, de devoir s’éclipser de la vie de ceux qui l’ont élu puis destitué sans qu’il ait son mot à dire. L’ami toujours disponible a des états d’âme. Au fond, qu’ils soient réels ou imaginaires, les amis sont traversés par les mêmes sentiments : l’excitation de la rencontre et la jalousie d’être remplacé. « Fred savait par expérience qu’il n’y avait place dans un cœur que pour un seul meilleur ami. » Au fond de lui, il redoute le moment où Sam, son nouvel ami passionné de musique et de plomberie avec lequel il compose le Duo Super-Doué délaissera leurs délires. Seul et un peu triste, il s’y prépare, résigné à sa condition de succédané d’ami. « Fred était content que ses amis trouvent des amis réels pour jouer avec eux mais, parfois, il aurait bien voulu rencontrer quelqu’un qui ait besoin de lui pour toujours. »

Mais ironie de l’histoire, si Sam a rencontré Sammi, une fille bien réelle, il n’entend pas pour autant laisser tomber son bon vieux Fred. Car, ô surprise Sammi a elle aussi une amie imaginaire, Frida. L’horizon semble soudain s’éclaircir pour Fred… Pourquoi n’aurait-il pas droit lui-aussi à une amitié réelle ?

Claudine Colozzi

Novembre 2016

Recevez notre catalogue papier chez vous


Recevez notre catalogue par mail