Lire la suite – Newsletter juin 2018

C’est le mois pour fêter les papas !

Dimanche 17 juin, c’est la fête des pères. L’occasion d’évoquer quelques albums publiés chez Kaléidoscope qui mettent en scène une étonnante galerie de portraits. Parfois dépassés par les situations, voire un peu ridicules, ces papas s’imposent tout de même là où l’on ne les attendait pas. Avec tendresse, bonhomie et ingéniosité, parfois même malgré eux, ils assurent. Y compris lorsqu’ils dansent en robe de chambre à carreaux ou rivalisent autour de châteaux de sable !

 

Les enfants ont des marottes. Anna, elle, n’a qu’une idée en tête : voir des gorilles. Elle aimerait tellement que son père trouve un moment pour l’emmener au zoo. Sauf que le papa d’Anna est un monsieur très occupé qui « n’a jamais le temps de rien ». Pour compenser, il lui offre pour son anniversaire un minuscule gorille en peluche. Quelle déception pour Anna ! Sauf que la fillette n’est pas au bout de ses surprises. Car le gorille se transforme en papa qu’elle rêverait d’avoir, celui avec lequel on peut danser juchée sur ses pieds, blottie contre sa carrure protectrice.

 

Revoilà Trixie et son doudou fétiche, Guili Lapin. Pour son premier jour d’école, impossible pour la fillette de se séparer de ce rassurant compagnon. Mais Trixie déchante vite quand elle s’aperçoit qu’une autre élève possède le même Guili Lapin ! Il n’est donc pas unique. Et quand, en pleine nuit, elle se rend compte que les doudous ont été échangés, il faudra toute la persévérance de son papa pour retrouver la peluche tant adorée et l’échanger avec l’imposteur. Les papas sont capables d’exploits qu’on ne soupçonne pas !

  

Sur la plage, Papa bouquine tandis que sa fille fait des pâtés. Soudain débarque un petit garçon qui entreprend à son tour de bâtir des châteaux de sable, couvé par le regard admiratif de son père. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le premier père vole à la rescousse de sa fille. Une compétition acharnée s’engage alors entre les deux hommes pour construire le plus beau des châteaux de sable. Redevenus de grands enfants, ils se livrent à un combat sans pitié qui finit par ennuyer leurs propres rejetons qui partent jouer plus loin sur la plage…

 

Un petit garçon passe en revue les innombrables qualités du plus extraordinaire de tous les papas. Quoi qu’il fasse, ce père a tout juste : il ne craint pas le Grand Méchant Loup, il court mieux que tous les autres papas et chante divinement des airs d’opéra en compagnie de l’immense Luciano Pavarotti. Pourtant, de prime abord, ce papa en charentaises et peignoir à carreaux qui « pourrait lutter avec des géants » n’a rien d’un superhéros ! C’est peut-être que le principal superpouvoir de ce papa d’exception, c’est d’aimer son enfant, et même plus, de l’aimer « toujours » !

  

Claudine Colozzi

Juin 2018

xxxxx

xxxxx

Coulisses d’un succès à l’international : Sophie la vache musicienne

Best-seller des éditions Kaléidoscope à l’international, traduit en quinze langues, Sophie la vache musicienne parcourt le monde avec son message universel. À force de volonté et en dépassant les discriminations, on peut réussir à vivre sa passion, la musique, et à imposer son talent.

 

L’histoire

Depuis toute petite, Sophie enchante sa famille et ses amis avec ses concerts. Tout le monde est très triste quand cette jeune pianiste annonce qu’elle souhaite prendre part à un grand concours de musique organisé par le roi. Sophie va donc les quitter… Mais pour participer à ce concours, il faut faire partie d’un orchestre. Malheureusement, sa candidature est rejetée partout. Désespérée et prête à jeter l’éponge, elle rencontre heureusement Douglas, musicien lui aussi. Ensemble, ils décident de former un orchestre en recrutant sur le talent et non sur les critères physiques.

L’auteur

Geoffroy de Pennart est l’un des auteurs phares des éditions Kaléidoscope. Connu pour sa série des loups, il fait parfois quelques apartés avec d’autres personnages comme Sophie. Comment lui est venue l’idée de cet album ? Tout simplement parce qu’il avait « envie de dessiner une vache » ! L’histoire est arrivée dans un deuxième temps.

Année de sortie

1999

Nombre de langues

15 : allemand, grec, danois, coréen, slovène, italien, castillan, catalan, mandarin de Taïwan, turc, mandarin, arabe (Liban), polonais, breton, basque. Traduit en 13 langues, Le loup est revenu arrive juste après Sophie la vache musicienne.

Comment Sophie la vache musicienne est-il devenu un best-seller à l’international ?

Toute l’année, Kaléidoscope représente ses auteurs à l’international et négocie la vente des droits des albums à des éditeurs étrangers. Les deux rendez-vous incontournables sont les Foires du livre de Francfort et de Bologne et, depuis cinq ans, la Foire internationale du livre de jeunesse de Shanghai. En août 2018, Pékin inaugurera aussi sa première grande manifestation consacrée à la littérature jeunesse.

Raisons d’un succès

Avec son humour habituel, en prenant pour héroïne positive une vache, Geoffroy de Pennart donne une leçon d’acceptation des différences. Malgré son talent et sa générosité, Sophie, pianiste émérite, se heurte aux a priori des orchestres dans lesquels elle souhaiterait jouer : pas assez grosse, pas assez grande, pas assez cornue, pas assez chic… Ce rejet l’attriste, mais finit par stimuler sa détermination. Une histoire réjouissante, intemporelle et débordante d’optimisme.

Anecdotes

Sophie garde son prénom dans toutes les langues. L’album conserve aussi son format dans tous les pays où il a été publié.

Le saviez-vous ?

Pour trouver le nom de ses personnages, Geoffroy de Pennart s’est beaucoup inspiré de sa propre famille. Ainsi Sophie est le prénom de l’une de ses nièces.

Claudine Colozzi

juin 2018

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez notre catalogue par mail